Les perles de nos expatriés #2

Les onsens japonais

Seul perdu dans les montagnes japonaises, je décide de découvrir une activité locale: les onsens, qui sont des thermes japonaises traditionnels. Mon choix se porte sur une institution moderne et assez touristique pour ne pas me retrouver seul « gaijin » (étrangers) dans la place (#erreur). Les règles sont strictes: pas de tatouages (anti-yakuza), ne pas mettre sa serviette dans l’eau, être calme, douche obligatoire… et être totalement nu bien sur.

Un groupe de joyeux lurons mexicains arrive, tous avec 3 grammes dans le sang pour chasser de la japonaise et passer une soirée d’enfer dans ce haut lieu de la vie nocturne japonaise (erreur de casting).J’entre dans les vestiaires. Les éphèbes japonais de 5 à 99 ans défilent sous mes yeux. Atmosphère relaxante, pas de bruit, humidité maximale et regards en coin vers les corps de gaijins. Les mexicains mettent du temps à comprendre qu’ils sont autant en adéquation avec le lieu qu’une femme voilée à une réunion du FN.

Les bains s’enchaînent. la température monte. Rouge comme un allemand à Majorque, je respecte scrupuleusement les règles pour m’intégrer. Les mexicains quant à eux continuent de boire dans les bains en faisant fuir sur leur passage des japonais passablement irrités. Malheureusement, être ivre et continuer à boire dans un milieu vaporeux où la température avoisine les 50° n’est pas une idée lumineuse, au choix:  l’attaque cardiaque ou le malaise. Eduardo (appelons le comme ça) glisse donc de plus en plus sur le côté dans un coin du bain tandis que son ami Francesco s’étale par terre en sortant du bain. Roberto décide néanmoins de rester sur le côté par prudence. Les rires gras et les cris s’évaporent peu à peu pour laisser place au malaise.

Dernière étape de ce délicieux moment, le sauna, lieu de relaxation pour bien transpirer. Nos charmants hôtes japonais ont néanmoins eu peur que l’on s’ennuie. Une bonne idée pour combler le silence: mettre une télé dans le sauna. Situation étrange où je me retrouve donc entouré de japonais qui confirment la théorie que c’est moche de vieillir, d’autant plus lorsque l’on regarder une émission de cuisine japonaise, nu toujours…. Alors comment décrire la télé japonaise? Des titres dans tous les sens, des phases de chansons kawaii et des interventions suraiguës de la présentatrice, le tout  bombardé de sugoi et de bruits de bouches. Si l’on garde uniquement la bande sonore, on est plus proche du porno!
Je ressortirai du ossen en me disant que cette situation « creepy » était vraiment mémorable.

CLEMENT MALNORY – TOKYO, JAPON.

Retrouvez régulièrement les témoignages des étudiants de deuxième année de Science Po Grenoble, qui lors de leur année de mobilité font parfois face à des situations….. mémorables.

crédits photo : WikiCommons
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s