L’opération Épine Sucrée : des épines se battant pour le vivant

par Mathis TRESANINI

@la_ronce

Durant la semaine du 5 Octobre au 12 Octobre, l’opération épine sucrée, annoncée plusieurs jours auparavant par le collectif La Ronce, s’exécute à l’échelle nationale. Son chef d’orchestre, La Ronce, est un collectif né sur Instagram, ayant aujourd’hui plus de 17 000 abonnés, qui prône une écologie radicale. Son mode d’action est simple : l’appel à l’action individuelle, en proposant « des gestes simples et peu risqués », « des actions décentralisées, simultanées, pertinentes, faciles »1. De cette démultiplication d’actions directes, le but de ce collectif est de faire plier les multinationales, considérées comme les entreprises de l’écocide.

De ce fait, l’opération épine sucrée vise les industries du sucre blanc, dont la production, à
partir de betteraves à sucre, est en voie d’augmenter. Comment ? Avec la réintroduction des
néonicotinoïdes, des insecticides tueurs d’abeilles interdit en 2016, notamment pour leurs
effets neurotoxiques sur les insectes : de la perte de mémoire jusqu’à la paralysie et la mort.2

Ainsi, considérant ces insecticides comme un véritable enjeux écologique, l’opération vise les
marques Daddy, Béguin Say et Saint Louis, exportant à elles trois 2,3 millions de tonnes de
sucre par an, et utilisant avec grand joie les néonicotinoïdes. Son principal objectif est donc
d’empêcher la vente de ces produits de sucre en poudre, en s’attaquant directement aux
stocks en supermarché. Comment ?3 En retirant les bouchons ou en sabotant les ouvertures
faciles. Le but est ainsi de persuader les supermarchés à ne plus mettre ces produits en rayon.

@la_ronce

« En s’attaquant directement
aux stocks en supermarché »

En ce qui concerne l’opération s’étalant sur une semaine et selon des estimations provenant du compte La_Ronce, environ 55 000 produits des marques Béguin Say, Saint Louis et Daddy ont été dégradés, soit une perte d’argent de 70 000 euros, par environ 25 000 individus qui
se disent engagés dans « ce combat pour le vivant ». Ainsi, 182 supermarchés ont été en rupture de stock pendant cette semaine.

@la_ronce

La Ronce a par ailleurs récolté sur Instagram4 de nombreuses informations, à partir de sondages
ou d’une récolte de réactions des participants avec le hashtag #la_ronce. Il en ressort un sentiment d’utilité, de puissance d’action (« on se sent utile », « on se sent tellement puissant avec de si petits actes »), un sentiment d’aventure mêlant adrénaline et peur (« un mini pic
d’adrénaline », « un petit coup de flippe ») et un côté jubilatoire (« ça fait du bien »).

@la_ronce_

En parallèle, d’autres actions de La Ronce ont été annoncées afin d’offrir la possibilité aux
épines d’agir davantage. Entre l’opération « Piqûre de Rappel » consistant à saturer en grand
nombre les lignes des entreprises du sucre, et l’appel symbolique à « noter les sucriers pour
leur crime » : de quoi mettre la pagaille dans le portefeuille, et surtout faire disparaître l’image
soignée et greenwashée des élites écocidaires.

Mathis Tresanini

[1] : https://reporterre.net/Pour-proteger-le-vivant-mettons-un-joyeux-bordel

|2] : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-neonicotinoides-risque-abeilles-confirme-37838/

[3] : https://www.youtube.com/watch?v=WwS9YbXKeGY

[4] : https://www.instagram.com/la_ronce__/

[5] : crédit image de miniature : ricochets.cc

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s