[#2] Confusion autour de la réforme des retraites : pas assez informés ?

78225577_3255105371230038_3323680319118245888_n.jpg
Source : Le Parisien, Olivier Corsan

La réforme sur les retraites, annoncée par le gouvernement Macron, a fait depuis début septembre, parler d’elle à maintes reprises dans les médias. Mobilisations générales, grèves des agents SNCF, protestations des avocats, etc, la retraite est partout. Pourtant à en croire les grenoblois, l’information n’est pas suffisante. A l’approche de la future mobilisation du 5 décembre, beaucoup n’y voient pas clair.

Dépassés par les événements 

Alors que la reforme des retraites a été mise à l’agenda du gouvernement dès 2018, les grenoblois peinent à nous expliquer de quoi il s’agit. En attendant le tram pour aller en cours de droit, Théo, 22 ans, tente de nous en dire plus : « de ce que j’ai compris, c’est qu’il y aurait une fin des régimes spéciaux et donc une sorte de régime commun à tous, mais je ne suis pas sûr ». En effet le gouvernement prévoit l’abolition des 42 régimes spéciaux, et pour ce, l’instauration d’un régime unique. Farid, lui, ne cache pas sa confusion, « Quelle réforme ? Parce qu’il y en a tellement ».

La réforme, qui sera votée par le Parlement en 2020, fait l’objet d’une consultation citoyenne depuis l’été 2018. Cette consultation, même Philippe, un dentiste de 52 ans, qui pense être « très bien informé » avoue ne pas en avoir eu vent. « Une consultation ? Non je ne savais pas, j’ai juste entendu parler de la réforme quand la SNCF a annulé mon train, enfin je crois que c’était pour ça » témoigne Olivia, 25 ans.

Philippe nous explique que c’est en écoutant la radio tous les matins qu’il en a appris plus sur la réforme. Malgré cela il déplore le peu d’informations claires, « on n’est pas assez informé, on n’y comprend pas grand-chose ». Pour Théo c’est le même constat «  ça reste flou, alors que j’essaye de comprendre ».

Les syndicats engagés contre le manque d’information

La CGT de Grenoble et l’Union Syndicale Solidaires Isère dressent le même constat, les grenoblois ne sont pas bien informés sur la réforme. Pour y remédier les syndicats organisent « des campagnes d’information » à travers les réseaux sociaux, notamment. Pour Laurent, militant de la CGT de 43 ans, il est fondamental de clarifier les choses, « les gens n’en savent pas assez, même nos militants quand on leur explique ils n’avaient pas idée de tout ce que ça implique ». Pour lui cette réforme est synonyme d’un retour au « chacun pour soi » et il invite à prendre du recul sur ce que les médias traditionnels en disent : « Les médias, oui, ils en parlent beaucoup, mais ils servent d’agence de communication au gouvernement ».

A Grenoble, difficile, donc, d’estimer le nombre de personnes qui se mobiliseront le 5 décembre, au vu du manque d’information déclamé par les habitants. Ces derniers semblent perdus face à la multitude d’informations, à leur technicité, et aux deux types d’informations qui s’opposent et se posent à eux. La première émanant des médias officiels, et la deuxième des syndicats. Il est compliqué de distinguer le vrai du faux, et de se forger une opinion.

Camille Bouju

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s