Le Gender Gap : mythe ou réalité ?

Même si les préférences des électeurs sont liées à des variables multiformes, la participation active des femmes et leur orientation plus démocrate que les hommes ont joué un rôle important dans les élections présidentielles américaines du 3 novembre 2020, au profit de Joe Biden.

Par Anna Jung, Le 8 novembre 2020

Des Américaines manifestent pour leur droit de vote en 1920.Archives Bettman, Getty Images, History.com[1]

UN GENDER GAP PROBANT ?

Des préférences contrastées

Lors des actuelles élections présidentielles américaines, l’électorat féminin, à tendance démocrate, a avantagé Joe Biden, contrairement à l’électorat masculin, plus républicain.

D’après le New York Times, 56% des électrices auraient voté pour Biden, contre 43% pour Trump, soit un écart de 13 points de pourcentage[2], ce qui fait écho à 2016. Selon la journaliste du Monde Stéphanie Le Bars : « 39 % d’entre elles avaient fait confiance à M. Trump, contre 54 % qui avaient apporté leur vote à la démocrate Hillary Clinton, soit une différence équivalente. »[3].

D’après le New York Times, Trump arrive légèrement en tête dans l’électorat masculin, récoltant 49% des voix, contre 48% pour Biden.

La proclamation de la première vice-présidente, femme et afro-américaine, par Biden, aurait participé à l’élargissement du Gender Gap.

LA PARTICIPATION FEMININE : MINEURE OU DECISIVE ?

Une proportion supérieure à celle des hommes

La proportion de femmes à voter, a, comme en 2016, été légèrement supérieure à celle des hommes.

Le poids démographique des femmes pèse déjà plus lourd que celui des hommes, rassemblant 53% de l’électorat ![4]

Selon une chercheuse du Pew Research Center interrogée par Le Figaro, le taux de participation des femmes serait relativement proche de celui des hommes. Il s’élèverait à 56%, contre 51,8% pour les hommes[5], soit 4,2 points de pourcentage de décalage.

Cet écart de participation entre les genres féminin et masculin : le Gender Gap, a pu néanmoins s’avérer décisif pour l’issue du scrutin. Les femmes, plus orientées démocrates, auraient alors fait pencher la balance du côté de Joe Biden.

Cela ne semble pas si incroyable, lorsque l’on sait que les résultats étaient très serrés, comme dans le Swing State de la Pennsylvanie, promettant 20 Grands Electeurs au gagnant. Dès lors, quelques dizaines de milliers de votes auraient fait toute la différence.

Ceci est validé par les résultats provisoires du 7 novembre. Le dépouillement des votes par correspondance (36 millions sur 101 millions ![6]), majoritairement démocrate et féminin, a creusé le fossé entre les deux candidats au profit de Biden, remportant 290 grands électeurs, soit 76 de plus que Trump.

Biden est effectivement passé en tête dans l’Etat de la Pennsylvanie, jusqu’alors républicain, avec seulement 34 458 voix supplémentaires sur les 7 millions selon Radio Canada[7] !

Loin de l’ouragan de la « blue wave » annoncée, chaque vote a résolument compté.

Une participation générale en hausse

Le haut taux de participation des femmes s’inscrit dans une logique de hausse générale, et est également très symbolique.

Cette année 2020, le 19e amendement, élargissant le vote aux femmes, fête son centième anniversaire. Ironique lorsqu’est proclamée la même année la juge conservatrice Amy Coney Barret à la Cour Suprême, remplaçant la figure féministe afro-américaine Ruth Bader Ginsburg, et s’étant prononcée en défaveur du droit à l’avortement. Un motif supplémentaire à la participation électorale des Américains, et en particulier des femmes, pour Biden ! Une possible réélection du président sortant aurait avivé les craintes d’un recul de leurs droits.

Le taux de participation général de l’élection présidentielle serait le plus haut taux jamais enregistré depuis 1900[8]. Entre 2016 et 2020, la part de votants serait passée de 54,2% selon Le Monde[9], à 66,9% selon United States Election Project[10].

Ce taux de participation exceptionnel est en partie corrélé aux votes des femmes, augmentant plus vite que ceux des hommes.

UN ELECTORAT DIVISÉ

Une différence de vote plurifactorielle

Même si elle joue un rôle majeur dans les résultats de l’élection présidentielle, la différence de sexe et de genre n’est pas la seule variable à prendre en considération pour calculer l’orientation partisane et le soutien aux représentants des partis.

L’électorat féminin reste très divisé, tout comme le masculin. Ils se décomposent tous deux selon le niveau de richesses, l’ethnie, la religion, l’âge, la géographie, le niveau d’éducation, la sexualité, etc.. Par exemple, Trump séduit en masse l’électorat blanc chrétien évangéliste.

Ce tableau statistique rend compte de la répartition des votants interrogés à la sortie des urnes, selon quelques variables phares influençant leur choix partisan.

Répartition des votants présumés à la sortie des urnes selon différentes variables, sondages nationaux[11]

                                                           Pourcentage des votes                      pour Joe Biden,                 parti démocrate %    Pourcentage des votes      pour Donald Trump,         parti républicain %                         
Femmes             5643
Hommes4849
Femmes blanches4355
Hommes blancs4058
Femmes noires918
Hommes noirs8018
Blancs seuls4257
Non-Blancs7226
Noirs seuls8712
Hispaniques ou Latinos6632
Asiatiques6331
Entre 18 et 29 ans6235
Plus de 65 ans4851
Diplômés de l’université5542
Non-diplômés de l’université4949
Source : New York Times, Edison Research

Les blancs, moins diplômés, et les plus vieux, voteraient en majorité pour Trump, tandis que les minorités ethniques, les plus jeunes et les plus diplômés, se rallieraient surtout à Biden. 57% des Blancs déclarent avoir voté républicain, contre 42% démocrate.

Une division à nuancer 

Mais même si l’électorat hommes-femmes est divisé en interne, les femmes des groupes d’électeurs favorables à Biden sont encore les plus enclines à voter démocrate, dans la population noire.

87% des Noirs auraient voté pour Biden, contre 12% pour Trump. Or parmi les femmes noires, 91% se seraient prononcées pour Biden, contre 80% chez les hommes noirs, soit une différence de 11 points de pourcentage.

Et même parmi l’électorat usuellement pro-républicain, certaines femmes auraient moins apprécié le jeu « trumpiste » qu’en 2016, notamment les Housewives des banlieues dans les battleground states[12].

Enfin, les femmes sont également plus concentrées que les hommes parmi les 24 millions de votants jeunes potentiels[13]. On peut présumer que les réseaux sociaux et les campagnes d’« influenceurs », comme Billie Eilish[14], ont participé à leur politisation en faveur du démocrate.

Anna JUNG


[1] History.com : https://www.history.com/topics/womens-history/women-who-fought-for-the-vote-1 (page consultée le 6 novembre 2020)

[2]New York Times, « Sondages nationaux à la sortie »,  https://www.nytimes.com/interactive/2020/11/03/us/elections/exit-polls-president.html (page consultée le 5 novembre 2020).

[3]Le Monde, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/04/elections-americaines-2020-le-vote-des-femmes-en-faveur-de-joe-biden-est-reste-en-deca-des-attentes-democrates_6058472_3210.html

[4] Ibid.

[5] Le Figaro, https://madame.lefigaro.fr/societe/election-presidentielle-americaine-pourquoi-la-voix-des-femmes-sera-decisive-021020-182821

[6] Radio Canada, AP, CBC, US Federal Election Commission, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1746696/elections-etats-unis-resultats-graphiques-cartes,  (page consultée le 8 novembre 2020)

[7] Ibid.

[8] I24 News, https://www.i24news.tv/fr/actu/international/ameriques/1604590349-usa-taux-de-participation-record-depuis-1900-avec-plus-de-160-millions-de-votes (page consultée le 6 novembre 2020)

[9] Le Monde, https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/09/elections-americaines-l-abstention-en-hausse-par-rapport-aux-annees-obama_5027949_4355770.html (page consultée le 5 novembre 2020)

[10] BFMTV, émission du 6 novembre 2020, 19h24 (heure de Paris), données de United States Election Project

[11]New York Times, https://www.nytimes.com/interactive/2020/11/03/us/elections/exit-polls-president.html (page consultée le 5 novembre 2020)

[12] Le Parisien, https://www.leparisien.fr/international/presidentielle-americaine-trump-et-biden-se-disputent-le-vote-des-femmes-des-banlieues-02-11-2020-8406194.php (page consultée le 6 novembre 2020)

[13] Iris, https://www.iris-france.org/149566-la-participation-electorale-cle-de-lelection-presidentielle-americaine/, 17 septembre 2020

[14]Instagram, Page Instagram de Billie Eilish, https://www.instagram.com/billieeilish/ (page consultée le 6 novembre 2020)

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s