Tu es l’infiniment petit et nous sommes l’infiniment faillible

Cher Corona,

Merci et bravo. Bien cramponné sur des milliers de corps, tu viens de faire le tour du monde en moins de 80 jours. Ce monde et son atelier, celui où tu t’es déclaré pour la première fois vivent un moment fascinant. Et tu leur fais vivre ce moment. De l’Italie, en passant par l’Espagne et la France, tu t’immisces dans les moindres failles de leurs systèmes. Ces mêmes failles qui orchestrent ta progression. Celles que tu révèles au grand jour. Et sous tes allures de “Peste des temps modernes”, tu oses finalement dire l’indicible.
En France, tu révèles combien l’hôpital public est au bord du gouffre depuis des années tant il peine à soigner celles et ceux qui te portent. En ciblant majoritairement l’hémisphère Nord, celui des privilégiés qui ignoraient ton confrère Ebola, tu démontes en un éclair le “tout maîtriser”. Un mythe s’effondre, tel un château de cartes ; ces mêmes cartes que tu rebats d’ailleurs.
En nous attaquant, tu réveilles une vieille peur, soigneusement enfouie dans cet inconscient consumériste demeuré intouchable depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : celle de manquer, matériellement. Couplée au credo Consumo Ergo Sum, cette peur inédite vide ridiculement les rayons pâtes & papier toilette après celui des gels hydroalcooliques.
Les pénuries sont fantasmées, à croire qu’elles en excitent certains. Une sacrée poussée d’adrénaline dans ces sociétés où le confort roi semble avoir rendu nos existences bien fades. Alors manquer de biens de première nécessité… Impensable, indicible.

Mais c’est une bonne claque que tu nous donnes. Tu es l’infiniment petit et nous sommes infiniment faillible. Faillibles dans nos modes de vie, nos manières de consommer, de voyager, de soigner, de travailler. Faillibles dans notre manière d’aimer notre prochain, d’aimer le vivant.
Qui sait, tu feras peut-être ressortir des placards poussiéreux des Ministères certains dossiers qu’on avait presque oubliés comme la relocalisation de certaines industries, la gestion et le financement de l’hôpital public, la régulation des transports aériens, du commerce international ou encore du tourisme de masse. Allez, pensons plus ambitieux encore : et si grâce à toi on repensait plus globalement le système économique, politique et social dans lequel nous vivons ? Ça sonne utopique je te l’accorde, mais depuis ta venue, quelques miracles inespérés se sont produits.
Le président Macron serait à deux doigts de réhabiliter ce bon vieil État-providence, qui, ces derniers temps, s’était vu voler la vedette par la Sacro-Sainte Start-up Nation. Un peu partout et notamment en Chine et dans la plaine du Pô en Italie, tu as fait baisser les émissions de CO2. Une grande première depuis la révolution industrielle. Les poissons voguent désormais dans l’eau cristalline des canaux de Venise, faute de ferry pour la contaminer. Les canards déambulent sur les Champs, les oiseaux chantent plus fort que les semi-remorques. Le CAC 40 au point mort, les stations de ski vidées de leurs touristes, les familles sont rassemblées chez elles. Mais que va-t-on bien faire en ce temps de pause pour tous ? Faire tout ce que le système auquel vous appartenez vous empêche parfois de faire : profiter de sa famille, jouer aux cartes, dévorer des bouquins, se cultiver, jardiner, cuisiner, dialoguer, débattre, méditer.

Enfin, redescendus de leur piédestal, les principaux dirigeants s’en remettent à la science, à “ceux qui savent” comme a pu dire le Président Macron lors de son premier discours. Espérons que le GIEC connaisse plus tard le même sort.

De ce chaos peut naître un cosmos, résilient, sobre, et pourquoi pas, enfin responsable.

AFS, 16/03/2020

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s