[SMA] « 1920-2020 : Quel bilan pour le Liban ? » – Conférence Monde Arabe

Dans le cadre de la quatrième édition de la Semaine du Monde Arabe, l’association Monde Arabe avait organisé une conférence au sujet du Liban. Quel bilan cent ans après la création de l’Etat du Grand Liban ? Pour cela, étaient conviés l’Ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, ainsi que Daniel Meier, docteur en sociologie politique. 

IMG_8946
l’Ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan à gauche et Daniel Meier à droite. (Déclics IEPG)

Il y a cent ans, en 1920, l’Etat du Grand Liban a été proclamé par arrêté du haut commissaire français au Liban, le Général Gouraud. A ce moment-là, le Liban n’est pas indépendant, il est sous mandat de la France. La France avait aussi obtenu le mandat de la Syrie. L’ambassadeur explique que le Grand Liban est né de l’impossibilité de la création d’une Grande Syrie par la France, mission initiale de la puissance mandataire. La victoire française contre la Syrie dans la bataille de Khan Mayssaloun, en juillet 1920, semblait pourtant ouvrir la voie de la formation de la Grande Syrie. Néanmoins, les tensions existantes en Syrie vis à vis de la France ne permettaient pas à la puissance mandataire française de perdurer sur ce terrain. Le choix s’est ainsi porté sur la création de l’Etat du Grand Liban où, comme l’indique Rami Adwan, la France y trouve des alliés.

Territoire
L’essence du Grand Liban est d’abord géographique comme le dit l’ambassadeur. Ce nouvel État doit avoir les moyens de développer sa puissance à travers ses terres ou encore ses villes portuaires.
Pourtant, des divisions entre zones géographiques, notamment pendant la guerre civile qui dura quinze ans, ainsi que des occupations, israélienne et syrienne, ont divisé le territoire libanais. Le territoire qui était la force, l’essence du Liban, a connu quelques effritements. Ces divisions internes au Liban se sont faites et se font malgré les délimitations claires énoncées lors de la proclamation du Grand Liban. La ligne Paulet-Newcomb datant de 1923 est notamment abordée, celle-ci a déterminé les nouvelles délimitations géographiques du Grand Liban. Ces divisions ont marqué l’État libanais, l’usage du terme de “libanisation de conflit” s’est d’ailleurs développé pour décrire un pays dont les différents religions, ethnies, zones géographiques, etc., s’affrontent, s’opposent, se divisent.
La guerre civile s’acheva en 1990, l’occupation israélienne prit fin en 2000 et celle de la Syrie en 2005, pourtant des défis liés au territoire libanais demeurent. Au sujet du territoire, Daniel Meier apporte des éléments supplémentaires sur la question des frontières. Il montre que celles-ci font parfois encore débat, c’est le cas notamment des frontières entre le Liban et la Syrie et les zones grises qui y sont associées ou encore de celles avec Israël et la Palestine.

Etat
L’Etat du Grand Liban s’est construit en s’inspirant d’une part de la Troisième République française, alors en vigueur en France, et d’autre part de la Belgique. Aujourd’hui encore l’administration libanaise fonctionne sur ces modèles, l’ambassadeur exprime le besoin de repenser la centralité du Liban, et donc son organisation administrative. En effet, les différences géographiques internes au Liban sont importantes malgré la petite taille de ce pays. Chaque localité étant spécifique, une administration plus décentralisée permettrait de répondre plus efficacement aux demandes de chaque localité, comme le dit Rami Adwan. Daniel Meier parle aussi des régions frontalières qui ont été dans un sens mises de côté. Les habitants de ces régions émettent alors une demande d’Etat, un développement de celui-ci dans leur région.
L’ambassadeur se déclare comme étant “le représentant d’un Etat fatigué, vidé, lessivé”, le Liban étant marqué par des contestations continues depuis sa création, cent ans plus tôt. L’Etat s’est construit dans le contexte perpétuel d’évitement d’une guerre, il doit maintenant élargir ses compétences afin de s’affirmer en tant qu’Etat. L’ambassadeur parle notamment du maintien de l’excellence éducative ou encore du développement de la dimension sociale au Liban.

Nation
Le Liban est communément décrit comme une nation plurielle, et cela notamment de part sa diversité religieuse. La nation libanaise est historiquement composée de dix-huit communautés religieuses distinctes. Une dix-neuvième communauté de droit commun, celle des laïcs, a également été créée. Daniel Meier indique que l’Etat libanais s’est développé surtout autour d’une hégémonie des maronites. Toutefois, une représentation de chacune des communautés existe et il y a ainsi une horizontalité entre les communautés, le confessionnalisme politique étant en vigueur au Liban.
L’ambassadeur montre que malgré ses diversités, malgré la guerre civile et ses centaines de milliers de victimes, les Libanais ont su s’unir autour d’une nation et réclament aujourd’hui l’affirmation de la nation, de l’Etat et de leur territoire.

Aujourd’hui
Depuis le 17 octobre dernier, la population libanaise manifeste pour plus de droits ainsi que pour demander plus de responsabilité de la part des gouvernants. Les différences entre les communautés sont en arrière plan de cette mobilisation, les libanais s’accordent dans leur demande d’affirmation de l’Etat. Cette union autour de cette demande n’efface pas pour autant les particularités de chacun et les deux intervenants s’accordent pour dire que le confessionnalisme politique restera le régime politique en vigueur au Liban. De plus, Daniel Meier dit que les habitants des marges frontalières sont particulièrement représentatives des revendications actuelles au Liban, leur demande d’État, de social, de responsabilité des gouvernants est sûrement la plus poussée.

IMG_9039
(Déclics IEPG)

 

Amandine Poncet

 

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s