Haut Karabakh, entre autoproclamation et conflit de plus de 20 ans

KRASA MIRA – Caucase

Krasa Mira, association des Mondes Slaves vous emmène aujourd’hui aux confins de deux des trois pays de Transcaucasie, anciennes Républiques Soviétiques, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, opposés sur un conflit concernant la revendication d’un territoire auto-proclamé, peuplé d’Arméniens au cœur du territoire azéri : le Haut Karabakh.

krasa mira                                                      Que symbolise ce drapeau ressemblant au drapeau arménien auquel semble avoir été amputée une partie ?                                                Ce drapeau est celui de la République d’Artsakh, mieux connue sous le nom de Haut-Karabakh.

article krasa mira

Cette République est une République dite autoproclamée, au même titre que la Transnistrie en Moldavie ou encore les Républiques populaires de Donetsk et Loughansk en Ukraine. Son auto-proclamation remonte à septembre 1991 au moment de l’indépendance de l’Arménie de l’URSS. Toutefois, il n’est reconnu par aucun Etat-membre des Nations Unies, mais seulement par trois entités qui sont dans le même cas (Abkhazie, Ossétie du Sud et Transnistrie).

Il est toutefois important de mentionner que ce territoire se trouve non pas en Arménie mais sur le territoire voisin l’Azerbaïdjan.

On peut voir en effet sur la carte ci-dessus que la République du Haut-Karabakh, ici en rouge, se trouve dans son intégralité sur le territoire azéri, et ce depuis sa proclamation datant de 1991.

Revendication et casus belli

La particularité de ce territoire, en plus d’être sur le territoire azéri, est que 95% de ses 150 000 habitants sont de nationalité arménienne, ce qui a engendré un référendum écrasant pour l’indépendance du territoire en 1991. A la suite de ce référendum, l’Etat azéri a mis en place un blocus orchestrant une catastrophe humanitaire jusqu’en 1992. Des interventions armées azéris sont venues compléter ce blocus, ce qui a requis en 1994 un cessez-le-feu chapeauté par le Groupe de Minsk à l’initiative de l’OSCE et dirigé par les Etats-Unis, la France et la Russie. En dehors de quelques escarmouches, les combats avaient effectivement cessé jusqu’en 2016.

Guerre des Quatre jours

Au début du mois d’avril 2016, en raison de problèmes liés à son économie interne l’Etat d’Azerbaïdjan lance une offensive qui constitue le manquement le plus significatif au cessez-le-feu établi en 1994. D’aucuns affirment également que l’Azerbaïdjan préparait son offensive depuis plusieurs années, en témoignent l’accumulation d’armement et de force militaire. Après des combats ayant duré du 2 au 5 avril, un cessez-le-feu bilatéral est proclamé. Les deux partis annoncent déplorer un total de 300 victimes sur l’ensemble des quatre jours, mais ce bilan demeure peu objectif car produit des déclarations des deux belligérants.

Une Russie, actrice du conflit ?

Il est enfin important de souligner le rôle qu’a occupé la Russie dans ce conflit au sein de sa zone d’influence. Acteur majeur des accords de cessez-le-feu en 1994, la Russie est davantage décrite comme un soutien de la position arménienne tandis que le camp azéri jouit du soutien de la Turquie. Derrière ce conflit, on assiste en effet à une lutte d’influence sur les pays du Caucase. La Russie ayant vu son influence évaporée sur la Géorgie à l’issu des conflits de 1994 et 2008, compte sur son soutien envers l’Arménie pour garder une assise dans la région, tout en cherchant à conserver des rapports cordiaux avec l’Azerbaïdjan.

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s