[#1] A Grenoble, des retraités mécontents face au prix des transports !

Grenoble (Isère), le 27 août. L’abonnement annuel aux transports en commun des plus de 75 ans va passer de 36 à 136 €. Une pétition s’opposant à cette augmentation a déjà recueilli plusieurs centaines de signatures.
Source : Le Parisien/VILLALON RICHARD/BELPRESS/MAXPPP

La perte d’autonomie et de mobilité est l’une des causes premières de l’isolement des seniors en France. À Grenoble, alors que les tarifs ont augmenté ces dernières années pour les plus de 65 ans, certains retraités ne peuvent pas se payer un abonnement au réseau Transport de l’Agglomération Grenobloise (TAG).

Devant le cinéma de la Nef, Chantale est essoufflée. Cette retraitée de 66 ans explique qu’elle a dû se déplacer à pied parce que « les tarifs du tram sont indécents ». Pour les grenoblois qui ont entre 65 et 75 ans l’abonnement annuel au réseau tag est de 282.60€, une somme « raisonnable » selon un agent TAG mais qui ne satisfait visiblement pas toutes les personnes concernées.

En 2015, les personnes de plus de 60 ans représentaient presque 1/5 de la population grenobloise. Nombreuses et importantes pour les dynamiques économiques de la ville, elles ont vu, depuis cette année là, leurs tarifs augmenter. La raison ? « Les vieux sont plus riches que les jeunes selon eux [les pouvoirs publics] » atteste Jean-François Le Dizès, membre actif du collectif grenoblois pour la gratuité des transports.

Lors de la modification des tarifs pour 2017-2018 l’abonnement annuel pour les plus de 75 ans a augmenté de 278%, passant de 36€ à 136€. Une décision du SMTC (le syndicat mixte des transports en commun), responsable de la politique tarifaire de l’agglomération grenobloise, qui a provoqué l’indignation chez les personnes âgées.

Mais alors que certains syndicats comme celui de Jean-François Le Dizès réclament la gratuité des transports pour tous, Chantale, elle, pense que « pour commencer », des tarifs adaptés aux différents âges « seraient un bon début ». D’autres estiment que c’est une mesure nécessaire pour pallier l’isolement des retraités et leur permettre de garder autonomie et lien social. Annie, 75 ans, témoigne ainsi « il y en a et j’en connais, qui n’ont pas les moyens [de payer], ils ne sortent pas sur Grenoble à cause de ça. La gratuité ça leur permettrait de sortir plus souvent ». Jean-François confirme cette idée « dans les autres villes [où les transports sont gratuits] on a bien vu que ces gens sortaient plus de chez eux ».

Pour Richard, 62 ans, c’est « incroyable » qu’une ville « qui se dit écologiste n’ait pas pris de mesure à ce sujet ». Il ajoute « prendre le tram ça coûte une fortune ». Retraité depuis cette année et vivant à 3km du centre-ville, c’est à pied qu’il se déplace au quotidien. Comme lui, beaucoup optent pour la marche ou le vélo pour se déplacer dans Grenoble. Mais tout est une question d’âge pour Chantale. La sexagénaire craint de ne plus pouvoir se déplacer en vélo dans dix ans, faute d’une condition physique suffisante. Pour l’heure, face à ces inquiétudes, la mairie et les agents TAG n’ont pas souhaité répondre sur le sujet. La campagne des municipales offrira peut-être l’occasion de revenir sur cette question.

Camille BOUJU

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s