La sélection musicale de la rédaction

Le Cheveu sur la Langue s’est penché sur quelques albums récemment sortis et vous présente sa sélection musicale du moment. A bon entendeur.

Résultat de recherche d'images pour "alt j reduxer"Alt-j- Reduxer

Un an après la sortie de Relaxer -un album dont Deadcrush ou encore In Cold Blood viennent rejoindre les désormais classiques Breeezeblocks et Tesselate-, le groupe de rock indépendant britannique Alt-j surprend une nouvelle fois en cette fin d’année et se réinvente en sortant Reduxer.

 

Reduxer exploite les productions du précédent opus, version retravaillée et sur lequel se joignent différents artistes hip-hop permettant ainsi aux trois rockers d’explorer une nouvelle branche du décor musical qui les entoure. “C’est bien connu que nous adorons le hip‐hop et en sommes influencés; travailler avec des artistes du genre pour ré‐imaginer notre musique a toujours été un de nos rêves. Avec REDUXER, ce rêve devient réalité. Nous ne pourrions pas être plus heureux du résultat.” déclare le trio au magazine Interlude.

Résultat de recherche d'images pour "alt j"

@ MADS PERCH

On retrouve sur 3WW un rappeur français âgé d’un quart de siècle qui a vu sa carrière propulsée par un “Flip” parfaitement réussi. Le désormais bien connu Lomepal partage avec Alt-j cette volonté de ne pas s’enfermer dans un seul et unique style musical ainsi qu’une recherche constante de nouveauté. Le featuring ne surprend donc qu’à moitié, tant la collaboration est enrichissante.

Entre une instru épurée et reposante et une harmonie remarquable entre les voix des deux chanteurs (Lomepal et Joe Newman), nous voilà embarqués pour un voyage mélancolique et insolent. L’artiste Lomepal évoque dans ce titre des thèmes récurrents dans ses propres chansons: l’abus d’alcool, la jalousie, la violence et l’amour. Il se décrit de manière pathétique et se définit de nouveaux objectifs: une vie plus sage et plus calme. Le projet de mêler la mélodie d’Alt-j et les textes de Lomepal était un projet audacieux pour ces artistes qui réussissent une fois de plus à nous faire nous évader.

3WW en featuring avec Lomepal n’est pas le seul remix intriguant que le trio nous propose dans Reduxer. D’autres titres comme Adeline en collaboration avec Paigey Cakey and Hex ou encore In Cold Blood repris par le rappeur allemand Kontra K nous montrent que le trio respecte (avec un beat et un rythme marqué) et sait allier parfaitement l’esprit du rap-hip/hop avec les mélodies pop-rock de ce troisième album tombé trop vite dans l’oubli (Relaxer).

Alt-j dépoussière Relaxer, revigoré par des collaborations à la fois marquantes et raffinées, qu’il est urgent de savourer.

Résultat de recherche d'images pour "adieu bientot columbine"Columbine – Adieu Bientôt

Le collectif rennais Columbine sortait le 28 septembre son troisième album Adieu Bientôt, signant ainsi le retour fracassant des “Enfants terribles” de ce qui se fait appeler le rap-game. Porté par Lujipeka et Foda C, Adieu Bientôt est un touchant hommage à cette période de transition entre questionnements adolescents et prise de position de jeunes adultes pas tout à fait fonctionnels et adaptés à un monde qu’ils observent avec désenchantement et cynisme.

Rengaine maintes fois explorée, le refus de vieillir et l’incapacité à s’adapter dans un monde rebutant trouve un écho particulièrement artistique et créatif chez les deux artistes qui réussissent à se jouer des clichés pour  produire un album mélodieux, risqué et entêtant. Si la question de l’ennui, du rapport aux femmes et aux fans reste en suspens dans les élucubrations autotunées des jeunes rappeurs, un cap artistique semble avoir été franchi, tant Adieu Bientôt est riche en influences et en références rap, rock et pop. Les titres sont instantanément évocateurs “Cache-Cache”,“ Mirador”, “Bart Simpson”,”Teen Spirit”,”Topless”,”Indochine” et les paroles très modernes, efficaces et faciles à digérer, sans pour autant perdre en signification  et en poésie.

« On pleure comme des saxophones,

Ils traînent ensemble quand t’es pas là.

Rejoins nous, on part sans eux.

Dans le noir, t’es ma lanterne,

À la lumière, t’es mal en point.

Fais la photo, fais la photo »

Le style Columbine plaît ou réfrène, une dualité propre aux artistes à l’image et à la musicalité bien définies. “Le groupe le plus détesté” continu d’essayer et assume des thèmes en apparence bateaux comme les angoisses contemporaines, la drogue, les familles éclatées, les joies éphémères du passage à l’âge adulte, les ambitions pas encore déçues et le sexe, avec ou sans lendemain; le tout  de manière déstructurée et déformée par l’auto-thune.

L’expression par bribes et la musicalité de l’album viennent s’ajouter à ce que le collectif produit de mieux : les images, que ce soit au travers de leur nom directement tiré de la  fusillade qui s’est déroulée dans une école secondaire à Littleton aux États-Unis en avril 1999 ou encore de part leur logo brillamment réduit à un “pigeon et un airsoft” dans Age d’or, logo que la pochette de l’album reprend et détourne admirablement. Le rap de Columbine est accessible, médiatique et parfois infantile, surtout si l’on se penche sur le public juvénile des rappeurs, mais néanmoins il garde un touche artistique unique et touchante, qui guide tout le projet. Mention spéciale pour le sublime Biographie composé d’extraits sonores familiaux. On vous laisse le clip léché de d’Adieu Bientôt pour vous faire votre avis qui ne peut être que tranché.

 

Résultat de recherche d'images pour "odezenne au baccara"Odezenne – Au baccara

Il semblerait que les médias aient leur chouchou et lorsque Columbine, au logo et au nom provocateurs ne font parler d’eux que pour leurs mélodies innovantes et leur succès du moment, Odezenne -autrefois appelé O2zen-, est qualifié de poétique et d’envoutant par une presse presque unanimement convaincue par Au baccara, le 4ème album du groupe. L’album est en effet charmant, tout en étant toujours insolent, impertinent et expérimental comme le furent les titres “Tu pu du cu” ou encore “Je veux te baiser”. Difficile de discerner la poésie, le lyrisme et d’entrevoir la beauté de ce duo si l’on ne passe pas le pas de la porte, autrement dit, si l’on ne se débarrasse pas de ce phrasé parfois provocateur, toujours décalé et souvent à contre courant.

Résultat de recherche d'images pour "© Edouard Nardon / Clement Pascal"

© Edouard Nardon / Clement Pascal

Les médias se sont peut être laissés porter par l’aspect gendre idéal de Mattia Lucchini  et Alix Caillet qui pourtant avaient commencé par le rap à une époque où cette forme musicale était encore très loin des radios et rédactions parisiennes. Toujours est-il que le produit de 10 ans de carrière et d’essais, d’innovations et d’hybridations qu’est Au Baccara relève de la haute joaillerie. Un bijou notamment qualifié par monsieur Etienne Daho de “sublime”,  “exceptionnel” et “grand”. Au Baccara est un album brut et pourtant si doux, avec des titres parfois écrits en 30 minutes, où les silences sont souvent plus riches que les mots, brillamment mis en relief par des intonations et des productions somptueuses. L’album est en rupture avec les conventions, mais aussi  particulièrement codifié, relevant parfois de l’iconographie et de la photographie, reprenant avec brio par exemple l’image caractéristique du “deux-feuille” en L du fumeur de joints, ou encore à l’inverse en détruisant l’image lisse et rose de l’amour-stéréotype avec ces quelques vers :

“Je n’suis pas l’homme de ta vie

Je suis l’homme de la mienne

Et quand l’amour désunit

C’est la haine qui nous tient

Et si mes ailes se détendent

C’est juste pour voler ton cœur

La vie n’a pas de couleur

Mais a-t-elle vraiment un sens?

T’es pas la femme de ma vie

Toi t’es la femme de la tienne”

Au Baccara brille par sa couleur singulière, son mélange aérien entre rap, rock et électronique et s’amuse, crée et défait le tout avec volupté, à la manière d’un jeu de carte et de la bonne fortune légère mais trompeuse qui en découle. A écouter d’urgence.

Sorties de Novembre :

Résultat de recherche d'images pour "imagine dragons origins"Imagine Dragons – Origins

 

 

Résultat de recherche d'images pour "georgio XX5"

Georgio – XX5

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Kairos (EP)"

Lonepsi – Kairos

Jeanne Guene, Antoine Beau

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s