Inde : La confrontation des modèles de développement

Disclaimer : Pour ouvrir le bal d’une longue série d’articles consacrés à la richesse du monde asiatique, en collaboration avec l’association ASIA SciencesPo Grenoble, Mathilde Driot nous emmène en Inde ce soir ! La parole est à elle…

A l’occasion de la venue de Sudha Mohan à Sciences-Po, ASIA s’est penchée sur les enjeux de développement dans un pays au devant de la scène internationale : l’Inde. Nous connaissons bien les inégalités verticales singulières du pays, institutionnalisées hiérarchiquement sous forme de castes, mais nous ferions bien de nous intéresser aux disparités territoriales de cet Etat à la taille d’un sous-continent.

Capture d_écran 2017-11-27 à 18.56.25
Avec ses 3 millions de kilomètres carrés, L’Inde fait cinq fois la taille de la France…

Septième plus vaste territoire étatique, sa superficie est cinq fois supérieure à celle de la France métropolitaine. Le pays abrite 1,3 milliard d’habitants dont plus de la moitié a moins de 25 ans. Dans moins de huit ans, l’Inde deviendra le pays le plus peuplé au monde, devant la Chine. Ces quelques chiffres  sont les épicentres des défis de développement de l’Inde. Pourquoi ?

Un si vaste territoire et une population croissante entraînent, on le sait, et d’autant plus dans les pays émergents, de fortes disparités territoriales. L’Inde est une république fédérale divisée en territoires de l’Union, eux mêmes divisés en états, découpés selon les frontières linguistiques. L’Inde en compte aujourd’hui 29. Les états disposent de leur propre gouvernement et  parlement, leur conférant de ce fait une certaine autonomie. Cette autonomie ainsi que les fortes disparités géographiques impliquent inexorablement des développements inégaux. La comparaison faite par Sudha Mohan en est un parfait exemple : cette dernière fait l’analogie entre le Gujurat, terre de naissance du Mahatma et situé dans l’ouest du pays, et le Kerala, minuscule état niché le long de la côte ouest.

Le modèle de développement du Gujarat est devenu objet de désir pour le reste du territoire indien.  Etat de commerce et de finance, le Gujarat se distingue par sa prospérité économique. Le premier ministre indien Narenda Modi ne s’en cache pas : l’Inde doit prendre exemple sur le Gujarat. Prendre exemple vous dites ? Mais comment prendre exemple sur un état dont les ressources sont assez exceptionnelles ? Terre de pétrole et de diamant, le Gujarat dispose également de coton, arachides, dattes, canne à sucre et sel, et est également le premier producteur de lait en Inde. Alors que faire, pour des états comme le Kérala ?

Capture d_écran 2017-11-27 à 18.56.42
Narenda Modi, Premier Ministre indien.

Les malayalis (nom donné aux habitants du Kérala) sont pourtant fiers de leur modèle.  Dans cette région verdoyante du sud de l’Inde où le développement s’est fait bien en amont de celui du Gujurat, pas d’hydrocarbures à l’horizon, et pas d’exportations.  Les raisons du développement du Kérala sont autres : amélioration des soins, volonté de tendre vers la gratuité de ces derniers, éducation, qualité de vie etc. Sudha Mohan rappelle que le taux de lettrisme y est de 100% et son indice de développement humain est égal à celui de la Norvège qui, pour rappel, représente l’IDH le plus élevé au monde. L’état du Kérala assure également un enseignement scolaire de base pour tous. Fait notable également dans un pays où les violences faites aux femmes et aux jeunes filles sévissent de façon systématique et où un million de petites filles sont tuées à la naissance chaque année, il y a davantage de filles que de garçons parmi les malayalis. Cette information nous permet d’entrevoir une certaine distanciation de cet état avec les mœurs indiennes impliquant une politique nataliste loin, très loin de celle des pays développés.

Capture d_écran 2017-11-27 à 18.56.53

Non, le modèle de développement mis en place par le Kérala n’implique pas de prospérité économique, même si on serait tenté de louer les efforts de ses politiques et institutions. Pourtant ici encore, point de modèle idéal en vue. Ces efforts proviennent d’acteurs extérieurs et dissimulent l’action catastrophique des politiques qui n’ont pas su faire fructifier ces atouts sociaux. L’emploi est rare au Kérala et la main d’œuvre, qualifiée ou non, fuit le territoire. Le travail des femmes est encore peu développé, ces dernières souffrant toujours de violences physiques. Le taux de suicide y est important, et l’alcoolisme est un problème de santé publique majeure. Etrange pour un pays à majorité religieuse hindoue, qui inscrit parmi ses cinq pêchés majeurs l’alcoolisme… On ajoutera à cette funeste liste l’abus sexuel sur les enfants mineurs au sein des familles. Il est déjà loin, le développement qu’on comparait à la Scandinavie…

Autre élément notable pour cette analyse du développement des états indiens, la prise en compte des problèmes environnementaux sur le territoire. Pourtant marqueur de développement (durable), elle y est inexistante, ou presque.  Hausse de la pollution, appauvrissement des ressources en eau et destruction de la faune et de la flore entachent les efforts effectués dans les autres domaines.

Les tentatives de développement social et humain du Kérala  furent ainsi entravées par un manque de croissance et d’emploi qui mène aujourd’hui l’état à des enjeux économiques, sociaux et sociétaux d’envergure. Le Gujurat, florissant sous les investissements, manque d’indicateurs sociaux solides pour promouvoir son développement dans une définition complète. Le Kérala, qui au contraire est boudé des investisseurs, donne une esquisse de progrès social et de développement humain, avec les innombrables limites que nous venons cependant d’évoquer.  Il semble malgré tout que le développement humain soit le principal défi à relever pour l’Inde, avec la nécessité d’un fort investissement des Etats en termes d’éducation. Reste au pays la lourde tâche de mettre son développement économique florissant au service de ce développement humain.

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s