Les Zinzins contre les Pompiers de Vizille : Le débriefing

Lundi soir, les Zinzins de Sciences Po Grenoble affrontaient les Pompiers de Vizille lors d’un match au sommet. Place au débriefing ! 

15060392_1243867322342900_619823664_o
Photo : Sébastien Allec.

19h00 à l’entrée de l’IEP – une demi-douzaine de voitures frappées de leurs autocollants « jeune conducteur » attendent en double file que les vaillants guerriers rugbymen de Sciences Po Grenoble montent et s’envolent vers le lointain et hostile stade municipal de Vizille.

19h15 : C’est le départ, une bonne demi-heure de trajet à travers des petits villages alpins, une maigre pointe possible à 90km/h pendant 200 mètres (Dieu merci), et enfin nos zinzins favoris arrivent en terre promise. Ici commence leur périple, à savoir une série de 6 matchs corpos avec leurs règles si spécifiques comme les mêlées simulées, les rucks non disputés ou encore l’absence de transformation, chemin indispensable vers une victoire tant rêvée que promise au Crit. Les officiels du match préviennent que le coup d’envoi sera donné à 20h30 tapante, ce qui laisse une bonne demi-heure à nos héros pour se préparer, s’échauffer et surtout se mettre en mode commando afin d’être le plus vaillant possible face aux adversaires du soir, les fougueux – et un peu vieillissants, il faut le dire – Pompiers vizillois.

Un passage au vestiaire pour se mettre en tenue. Les mots du manager général François Lafont sont calmes, posés mais terriblement évocateurs. L’objectif du match, au-delà de la victoire, c’est avant de tout de se faire plaisir, de bien jouer et surtout de bien restituer les combines travaillées à l’entraînement. Un Crit ne se gagne qu’à force de travail, de ferveur et d’engagement leur rappelle-t-il. Un échauffement rapide et efficace est imposé à base de passes, de courses et d’étirements. Un dernier passage au vestiaire, nos héros se réunissent en cercle, se serrent, se regardent dans le blanc des yeux et écoutent les derniers mots du capitaine Benoit Pernat (aka Bénur) avant d’entonner un cri de guerre digne des antiques spartiates, ce afin de se donner une dernière fois du courage. En effet, un affrontement terrible et sanglant les attend devant une foule de sept supporters adverses (d’ailleurs, on vous attend en masse vendredi 18 pour mettre une ambiance de folie lors du second match des Zinzins).

Notre cher capitaine gagne le toast et ainsi, notre beau et fier demi d’ouverture Tom Féréol s’empare du ballon pour donner le coup d’envoi. L’arbitre donne le signal et le premier engagement est donné en direction des avants. Le pac vizillois récupère mais subit tout de suite la pression de nos vaillants avants. Très rapidement, les zinzins récupèrent le ballon et commencent à pilonner la défense adverse. Sur chaque départ, nos gros grattent 1, 2 ou 3 mètres, on sent déjà que l’équipe adverse n’est pas aussi bien rentrée dans le match que nos héros. Les placages s’enchaînent, nos valeureux guerriers sont déjà dans le dur.

Sur une touche lancée par notre talonneur Edward Maille (fournisseur officiel de moutarde à l’IEP), PJ (aka le rôdeur de l’Est) dévie en premier bloc vers notre demi de mêlée Antonin Faure Daran (Karim pour les vrais) qui passe tout de suite vers Tom, qui lui envoie son 3 ailes Alexandre Léger (aka le seul 7 de l’histoire plus petit que son 10) créer un point de fixation sur les avants vizillois. Le ballon gicle vite et au bout de 3 passes qui fixent la défense adversaire, le décalage est créé et capitaine Bénur peut aller inscrire son premier essai de la rencontre sur une magnifique dernière passe de Clément Chavanat.

En bon capitaine, il montre l’exemple et ouvre la voie à ses guerriers. Les Zinzins mènent 5-0 après seulement 5 minutes de jeu. Tout est parfait jusque-là, il ne manque qu’un magnifique envahissement de terrain digne de nos plus beaux souvenirs du Crit (vendredi, vendredi…).

Le renvoi est vite donné, les Pompiers de Vizille rentrent pour la première fois dans le camp des Zinzins. Très rapidement, nos indéfectibles héros repartent de l’avant et stagnent à trente mètres de l’en-but adverse. C’est le moment choisi par notre solide troisième ligne centre et amateur de combinaisons loufoques Rémi Monti pour nous proposer (à la surprise la plus totale de ses coachs) une magnifique double redoublée, aussi plaisante à voir qu’un qu’un drop tenté par un pilier et aussi utile qu’un demi de mêlée qui essaye de gratter un ballon à 3 avants en face de lui. Le ballon file en touche. Rémi choppe une bonne option pour l’obtention du titre honorifique de nénette du match…

15134112_1243867499009549_867390288_o
Photo : Sébastien Allec.

Les zinzins conservent la balle et mettent la pression à leurs adversaires du soir. Malgré quelques incursions des Pompiers dans leur camp, la majeure partie de ce premier tiers-temps de vingt minutes se joue dans le camp pompier. Sur une nouvelle mêlée en faveur des Zinzins, Karim éjecte vite vers son 10, qui sans attendre trouve son premier centre. C’est à ce moment-là que Casha Nijhawan, avec sa classe typiquement anglaise, trouve après une première feinte de passe sur une magnifique passe sautée qui élimine les deux derniers défenseurs son allié Dorian Léger (aka la légende vivante auprès de la Cause, toujours, pour son élection raflée au CEVIE), qui n’a plus qu’à aller aplatir le ballon dans l’en-but, permettant ainsi à nos héros de faire le break juste avant la fin du premier tiers-temps : 10-0 en faveur des Zinzins.

Après un speech des coachs satisfaits mais enclin à garder motivée leur troupe, le second tiers-temps repart sur les mêmes bases que le premier. Nos vaillants guerriers dominent, mais gare aux incursions de plus en plus nombreuses et dangereuses des vizillois dans leur camp. Le match gagne en intensité, les deux équipes se renvoient la pareille dans ce deuxième acte à coup de départs au ras, de courses rentrées, de passes sautées, de coups de pied stratégiques et de placages offensifs. Le ballon passe beaucoup de temps entre les 40 des deux équipes.

C’est à ce moment charnière, où le soutien de nos supporters indéfectibles nous aurait fait le plus grand bien, que capitaine Bénur décide de guider les siens vers un succès certain en inscrivant le troisième essai sciencespiste du match, ce après une percée de l’intenable Chav’ en plein cœur de la défense adverse : un ballon giclé rapidement vers lui et une feinte de passe qui envoie l’allié adverse au pays des fleurs (la légende veut qu’il y soit encore…). Ça fait 15-0 pour nos héros. Sur un placage malheureux, Rémi Monti se blesse et doit céder sa place en queue de mêlée, ça sent de plus en plus la nénette pour lui… La fin du second acte arrive et nos valeureux guerriers, malgré toute leur bonne volonté, connaissent un petit moment de fébrilité et subissent. Heureusement, à force de défense, ils ne concèdent pas d’essai et l’arbitre siffle la fin du second tiers-temps.

Malgré les encouragements de leurs toujours fidèles coachs, le troisième et dernier tiers-temps reprend comme la fin du second. Nos cher guerriers subissent et vont de moins en moins dans le camp adverse. Il en va de leur fierté de tenir durant les vingt dernières minutes et de ne pas prendre d’essai. Malheureusement pour eux, après dix minutes de combat vaillant, ils encaissent leur premier essai de la saison après un enchaînement de pick and go dans le camp adverse. Nos zinzins mènent dorénavant 15-5, ils conservent encore une certaine avance mais gare à une fin de match compliquée si jamais ils encaissent encore un essai. C’est le moment que choisissent tout de même nos coach François Lafont et Paul Hedon pour lancer le tout jeune et motivé Martin Espenel (aka Martin Tatin) pour son premier match, en plein cœur de la mêlée. Le pauvre bougre ne sait certes pas toujours où se placer, mais il fait preuve d’une motivation et d’une envie de bien faire à toute épreuve. Nos valeureux combattants résistent et n’encaissent plus d’essais jusqu’à la fin du match. L’arbitre donne les trois coups de sifflets finaux. Mission accomplie, ils l’ont fait : nos Zinzins débutent très bien leur saison et sont dorénavant lancés pour leur périple jusqu’à la victoire au Crit.

Après une photo de groupe prise avec leurs adversaires du soir, nos héros regagnent le vestiaire où ils fêtent leur victoire sobrement mais dignement. La fin de soirée se fera autour d’un bon repas chaud et généreusement proposé par l’équipe adverse, à base d’une bonne soupe au lardon, de fromage et de charcuterie – on t’avait dit que ce n’était pas un endroit pour toi Smain… – avant de revenir tranquillement dans notre chère capitale des Alpes.

Les Zinzins sont donc heureux d’avoir parfaitement commencé leur saison et vous invitent à se joindre à eux vendredi 18 Novembre à Montbonnot pour le second match de la saison face aux Tamalous – les valeureux vétérans du RCG. Cela se fera en compagnie de la Batuc’, de la Cosa Nostr’Alpes, des pompoms et on espère d’un maximum de supporters ! On compte sur vous pour être présents et rendre l’ambiance aussi dingue que lors de nos fameux Crit. Les 1A, ne manquez pas cette occasion unique afin de vous faire une idée de ce qu’est cette institution trentenaire qui est, je vous le rappelle, l’objectif final et le point d’orgue de la carrière de tout sciencespiste qui se respecte. Ils vous attendent avec impatience et vous promettent un spectacle digne d’une finale de Coupe du Monde ou d’un Fast & Furious.

Sébastien Allec

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s