La Cause, Toujours : « On a clairement la volonté de se présenter pour secouer le cocotier ! »

Sur un son de PNL, à 100 mètres du O’Champollion, la première réunion d’organisation de « La Cause, Toujours », à laquelle je suis convié, ne semble en apparence pas très organisée, mais en vérité, va aboutir sur un nouveau véritable élan sciencespiste.

Le lendemain, Thomas Chatelet, 1ère année et tête de liste auprès du 1er collège au CA m’accorde sobrement sa première interview afin de revenir sur leurs ambitions, leur programme, leur volonté de faire bouger les choses et remettre évidement certaines choses au clair.

Thomas Chatelet bonjour, merci beaucoup d’accorder votre première interview au Cheveu.

« Bonjour, tout d’abord c’est évidemment pour moi un immense honneur d’accepter de répondre à la sollicitation du Cheveu, notre très cher et adoré journal de l’IEP. Je ne me voyais absolument pas répondre négativement à cette initiative qui aura le mérite de nous faire un peu mieux connaître auprès de nos chers camarades de l’IEP. »

La première question qui me vient en tête c’est de vous demander ce que vous avez pensé de la prise de parole improvisée de vos camarades Théo Levy et Quentin Bottner lors du débat interliste organisé alors même que vous aviez décidé initialement de ne pas y prendre part ?

« Pour être honnête, j’ai trouvé que c’était une bonne intervention qui a créé un effet de surprise positif dans l’optique où notre liste s’est créée sur le tard (24h auparavant ndlr). C’est d’ailleurs pour cela que nous avions initialement refusé poliment l’invitation à y prendre part de Matthieu Desmoulins (Président du Cheveu et modérateur du débat, ndlr), nous considérions notre mouvement encore trop jeune et pas assez structuré pour pouvoir nous confronter convenablement à cet exercice. Néanmoins, je pense que cela a avant tout permis aux étudiants de Sciences Po présents de mettre des visages sur notre initiative, ce qui fait que dorénavant nous jouissons d’une visibilité accrue et cela me parait vraiment bénéfique. J’ai aussi le sentiment que l’on a fait une très bonne prestation à en juger par les applaudissements. C’est agréable de voir que l’on touche vraiment les gens dans nos propos. Ce n’est qu’un début mais c’est déjà très encourageant, cela nous conforte dans notre envie de continuer notre démarche, de persévérer. »

15016423_194819890969163_8850476568621111481_o

Alors donnez-nous la réponse à cette question qui brûle sur toutes les lèvres : pourquoi créer « La Cause, Toujours » ?

«  On est parti du constat qu’à chaque élection, on retrouve les mêmes postulants, les mêmes personnes, les mêmes milieux autorisés, les mêmes têtes, les mêmes débats, les mêmes idées. Au final, une semaine avant l’élection chaque année, on a l’impression que la moitié de l’IEP ne sait pas pour qui voter et l’autre moitié vote par copinage. On constate aussi qu’il y a un faible taux de participation, on en conclut qu’il y un vrai problème de représentativité. Quasiment tous les membres du collège 2nd cycle d’une liste concurrente sont en Master Carrières Publiques ou aux noms différents mais qui renvoient sensiblement aux mêmes objectifs pour l’avenir : ce n’est pas normal ! On a clairement la volonté de se présenter pour « secouer le cocotier », passez-moi l’expression, et présenter quelque chose de vraiment différent.

On a aussi le sentiment, par notre profil, de pouvoir proposer des choses bien plus proches des étudiants. Tous les jours on remarque des petits trucs qui nous dérangent. Par exemple dans la recherche de stage, on a le sentiment que l’asso des anciens étudiants n’est pas très efficace ! Le réseau des Zinzins, par exemple, est bien plus performant. On est aussi souvent victimes des dysfonctionnements de l’IEP ! Si on prend un exemple concret, on ne comprend pas pourquoi tous les soirs on se fait virer de l’IEP par les agents d’entretiens car ils doivent faire le ménage alors que d’un autre côté, on nous raconte que l’IEP reste ouvert tard le soir pour que les étudiants puissent rester travailler tranquillement dans ses locaux. »

Que répondez-vous aux voix qui s’élèvent et qui vous accusent de n’être qu’un collectif issu d’un gros délire et là juste pour faire un beau ‘troll’ au scrutin ?

« On va pas se mentir, c’est vrai qu’à la base on a lancé le sujet entre nous durant une soirée bien arrosée. Certains candidats des autres listes étaient même présents. Mais au fur et à mesure que notre délire avançait, on s’est aperçu que l’on avait en fait quand même pas mal de choses à dire. Petit à petit, ce qui partait d’une mauvaise blague a fini en véritable collectif voulant impulser un élan sciencespiste. On a alors parlé du projet autour de nous et on s’est vite aperçu qu’il en intéressait beaucoup et que pas mal de monde était même prêt à s’engager auprès de nous ! Notre projet s’est monté sur le tard c’est sûr, mais aujourd’hui nous sommes là et bien déterminés à nous faire entendre ! »

Le fait que l’élection soit proportionnelle vous a-t-il motivé ?

« Évidemment ! Sur beaucoup de points nous sommes d’accord avec les listes concurrentes et nous sommes prêts à coopérer et travailler avec elles là dessus. Notre ambition n’est absolument pas rafler tous les sièges au CEVIE et au CA. Dans le meilleur des cas on aimerait obtenir quelques sièges afin de faire entendre notre voix ; mais au pire, on sera déjà heureux d’avoir su souligner les imperfections des autres listes en espérant qu’elles puissent nous entendre et œuvrer pour s’améliorer, se perfectionner et ainsi mieux nous représenter. »

Alors dans les faits, que reprochez-vous aux autres listes ?

« L’immobilisme, le fait de revoir toujours les mêmes personnes, d’assister aux mêmes chamailleries entre les différentes listes durant les campagnes alors qu’une fois élus, ils travaillent bizarrement très bien ensemble. On a le sentiment que cette élection sert juste de tremplin personnel à un futur à l’extérieur de l’IEP. L’année dernière par exemple – et ici, je parle au nom de mes camarades car évidemment, moi, je n’étais pas encore là – à part quelques rares élus très actifs, aucun de nos représentants n’était très visible durant l’année. On n’avait aucune idée de qui nous représentait et on a le sentiment que beaucoup d’étudiants étaient dans le même cas ! On veut montrer à tous les étudiants de Sciences Po qu’il est possible de dire non ! Qu’il est possible de s’engager sur nos idées ! Il est possible de créer une cohésion qui permettrait à absolument tous les étudiants de se sentir représentés et tous sans se prendre pour des politiques ou quoi. »

Que propose donc concrètement la Cause de différent pour palier ces petits dysfonctionnements tant de la part de l’IEP mais aussi des listes concurrentes ?

« On a de multiples propositions ! Pour un peu résumer le tout on veut aider à solutionner tous les petits problèmes pratiques auxquels les étudiants de Sciences Po sont confrontés tous les jours comme le problème avec les agents d’entretien comme je viens de vous le citer, mais aussi la mise en place de salles de repos et de vraies salles pour les associations et non pas les toutes petites salles que nous avions à disposition avant les travaux et qui ne servaient au final que de débarras pour stocker le matériel. On veut militer pour faire de notre IEP un véritable lieu de vie et non juste un lieu de travail. On a aussi d’autres propositions comme demander l’obtention d’un matériel informatique plus performant, notamment au niveau des photocopieurs qui commencent à se faire vieux. On aimerait aussi, et c’est à voir avec le personnel de la Doc’, élargir les horaires d’ouverture de celle-ci. Mais tout ça, ce ne sont que des propositions parmi tant d’autres. »

Et qui sont ceux qui composent « La Cause, toujours » ?

« Au delà des noms, on veut d’abord souligner le fait que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique. Les membres de « La Cause, Toujours » sont tous issus du monde associatif de Sciences Po Grenoble. Nous sommes engagés à Sciences Po car nous aimons notre école et nous sommes fiers d’avoir su composer une liste représentative des différents horizons que l’on peut rencontrer ici. Chez nous, les sportifs sont mis à l’honneur et composent nos différents collèges mais ils n’y a pas qu’eux, nous avons des affinités avec toutes les associations de Sciences Po. Avec nous, personne ne sera oublié, soyez-en sûrs ! »

En somme, vous semblez vouloir ardemment faire naître (ou renaître peut-être) un très fort sentiment d’appartenance à Sciences Po Grenoble…

« C’est exactement cela ! Et d’ailleurs cela fait parti de nos revendications premières. Nous sommes tous fiers, dans notre liste et chez nos partisans, de faire partie de cette institution et malheureusement, nous trouvons que ce sentiment d’appartenance n’est pas très fort auprès de tous les étudiants de l’IEP. D’ailleurs, nous avons d’ores et déjà veillé et participé à la renaissance de la Cosa Nostr’Alpes afin de d’impulser un renouveau d’appartenance sentimentale auprès de notre cher Institut d’Études Politiques. Mais on ne compte pas s’arrêter là… Militer pour faire de notre IEP un véritable lieu de vie fait aussi partie de nos projets. Rendre nos bâtiments plus accueillant, plus ‘cosy’ est pour nous indispensable pour faire renaître ce sentiment d’appartenance. »

Une dernière question qui va peut-être vous surprendre mais elle figurait à maintes reprises parmi les questions reçues lors du débat interliste: on vous targue d’être non seulement la liste la plus inattendue mais aussi la plus sexy de ce scrutin. Que répondez-vous à cela ?

« (Rires) On est très honoré de cette distinction, je ne comprends vraiment pas pourquoi cette élan de gentillesse, cependant si des électrices ou électeurs veulent le numéro de nos égéries Théo Levy et/ou Léa Merveilleau, je leur communiquerai cela avec un malin plaisir ! »

Sébastien Allec

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Un commentaire

  1. Ces jeunes gens me paraissent titulaires d’un très bel avenir. Pour sûr ils sauront gérer au mieux les intérêts de l’IEP et de ses étudiants. En tout cas ils m’ont convaincu et seront à coup sûr titulaires de mon vote! Et c’est bien vrai; La Cause Toujours dispose de la liste la plus sexy héhéhé!
    A bon entendeur, Paul Bismuth.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s