Guide 2015 : comment pécho à Sciences Po

logo

Comme l’adage l’affirme : toutes les bonnes choses ont une fin. C’est pourquoi, après des vacances d’été bien chaudes (on parle des températures saisonnières record, bien sûr), nous autres étudiants avons été contraints de quitter nos batifolages et de retrouver les bancs de l’école.

Pour les 1A, c’est un tout nouveau monde qui s’ouvre : nouveaux lieux, nouveaux professeurs et nouvelles rencontres. Néanmoins, il peut paraître difficile de s’y retrouver face à une promo très nombreuse. Dès l’amphi de présentation, les dés sont jetés : Sciences Po fait office de Meetic. En effet, à force de se côtoyer, on finit par créer des liens. Et heureusement pour ceux qui cherchent à rencontrer quelqu’un, Sciences Po Grenoble pense à nous ! La répartition en petits groupes dans différents cours permet de faire connaissance avec nos camarades. Mais aussi d’avoir du choix. On ne trouvera pas forcément quelqu’un qui nous plaît en conférence de méthode, mais rien ne nous empêche de regarder nos camarades de langue. Autre piste : les associations. En plus de nous engager pour une cause, elle permet d’approcher d’autres étudiants, et pas seulement des 1A. En plus, les assos nous promettent des soirées, et bien que l’alcool soit à consommer avec modération, il peut être facteur de désinhibition. C’est le moment de profiter d’une ambiance festive pour mettre en valeur nos plus beaux atouts et nous familiariser avec nos camarades.

Du côté des 2A, la mobilité académique est une chance de découvrir de nouveaux horizons… Profitons de notre charmant accent français pour séduire des locaux, ou même d’autres étudiants Erasmus. Loin de notre quotidien, c’est le moment de commencer un nouveau chapitre sans être poursuivi par notre réputation, et sans nos amis forts sympathiques qui n’hésitaient pas à nous embarrasser.

Chez les 3A, c’est une situation particulière. On retrouve un(e) charmant(e) camarade qu’on n’a pas vu depuis un an, et ces retrouvailles peuvent s’avérer concluantes. Profitons de notre situation par rapport aux 1A : on paraît expérimenté, et cela peut s’avérer utile face à ces nouvelles recrues. Si cependant on ne cherche pas plus jeune que nous, on peut aussi lorgner sur les masters… mais cela reste plus ambitieux.

Quant aux masters, on connaît l’IEP par coeur. On est un peu comme des rois, rien ne nous est inaccessible ou presque…

Bonus

L’option exotique : tenter de charmer un étudiant Erasmus.
L’option chaotique : tenter de charmer un professeur.

Blanche Neige

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s