Ma linguistique à moi

Un jour, je me suis demandée si je n’avais pas raté une vocation. Rassurez-vous, je pense avoir trouvé la bonne formule : travailler pour le service public tout en publiant des bouquins, le rêve, quoi ! Mais, il y a tout un tas d’autres métiers qui m’auraient plu et que j’aurais exercés si j’avais eu plusieurs vies : historienne, conservatrice de musée, propriétaire de châteaux (bon, ce n’est pas tout à fait un métier, mais c’est du boulot), chef cuisinière, danseuse, ambassadrice au Moyen-Orient (en ce moment, c’est un peu râpé), directrice d’une maison d’édition, épouser un héritier, et j’en passe… Tout ça pour dire, que parmi mes idées de métiers, il y en a une en particulier qui dépasse toutes les autres : linguiste.

Alors je me suis essayée à la linguistique, à cette science du langage, qui analyse la moindre lettre et qui donne à voir la beauté la langue française (allez, avouez qu’elle est la plus belle). J’ai donc décidé de sortir ma science à moi du langage. J’ai d’abord sélectionné quelques mots : amour, mélancolie, passion, espoir, monde et vie. Et j’ai formulé ma propre théorie (peut-être un peu farfelue, mais j’ai des arguments) : les mots par leurs lettres et leurs sonorités, peuvent nous apprendre les choses essentielles de la vie. Je m’explique : il semble parfois que la façon dont ils sont écrits corresponde à ce qu’ils veulent signifier. Bon, je passe sur le topo de tout linguiste qui se respecte signifié-signifiant, signes, etc. Je ne voudrais pas être incompréhensible, mais en vulgarisant, j’en arrive à cette conclusion que le mot en lui-même nous donne des indices sur son sens, et donc sur ce qu’il peut nous apprendre sur la vie. Petite précision importante avant de commencer à expérimenter ma théorie : en effet comme je viens de le dire, c’est une théorie, donc elle est discutable et subjective, c’est ma linguistique à moi, à prendre avec ce que vous voulez, des pincettes, des baguettes chinoises, ou autres. Alors on essaie ? Je vous préviens, je n’ai jamais fait de linguistique.

Amour.

Analyse des lettres :

  • A : son ouvert, accueillant.

  • M : la lettre la plus confortable de l’alphabet.

  • R : la lettre la plus mystérieuse et gutturale de l’alphabet, suivi par le OU, sonne comme un gouffre où l’on chute sans savoir quand on va en rencontrer le fond.

Conclusions sur le sens du mot :

  • A : quand on aime, on s’ouvre, on se donne, on est prêt à tout accepter de la personne.

  • M : idée d’enivrement, d’épanouissement de soi, de plaisir, de bien-être et de bonheur.

  • OU + R : il faut se méfier de l’amour, car cela peut être dangereux, imprévisible, peut faire perdre la tête, la raison (et la jupe par la même occasion), et faire tomber dans une spirale dépressive si jamais il n’est pas satisfait.

Mélancolie.

Analyse des lettres :

  • M : son confortable.

  • L et C : créent une mélodie douce et sautillante comme une berceuse au piano.

  • I : son musical en finale, car donne l’impression d’une note de musique à la flûte, une note dans la joie pour contrebalancer la tristesse du mot.

Conclusions sur le sens du mot :

  • M : idée d’une tristesse confortable et apaisante.

  • L et C : la mélancolie serait une musique intérieure, un spleen continu et doucereux.

  • I : si c’est une tristesse, elle peut être agréable, car douce et rêveuse.

Passion.

Analyse des lettres :

  • P : un son rapide, franc du collier, qui sonne comme le bruit mat d’un clapet.

  • SS : un sifflement, comme pour passer le plus rapidement possible à la syllabe suivante.

  • ION : son à la fois prolongé, indéfini et puissant, fruste, efficace.

Conclusions sur le sens du mot :

  • P : une passion est une émotion forte, qui prend à la gorge, sans prévenir, quelque chose que l’on subit.

  • SS : idée de rapidité, d’impulsivité, mais aussi d’hypnose, de transe et d’obsession, avec le son S prolongé : la passion peut être dangereuse donc et faire perdre la raison.

  • ION : une certaine puissance d’effet à la fois sur l’esprit et sur le corps.

Espoir.

Analyse des lettres :

  • ES : son doux et tendre comme le M.

  • P : son rapide, comme un stimuli pour rompre la douceur du E et du S et rappeler le caractère stimulant de l’espoir.

  • OI + R : son tendre mais prolongé et sourd comme quelque chose d’inachevé, avec le R à la fin.

Conclusions sur le sens du mot :

  • ES : une émotion tendre, qui calme.

  • P : l’espoir faire vivre, stimule, donne envie de continuer malgré les difficultés de la vie, d’où le son efficace et puissant du P qui rappelle la force de l’espoir.

  • OI + R : l’espoir porte sur des faits souhaités et non réalisés, sur un avenir qu’on ne connaît pas encore, d’où ce goût d’inachevé et d’infini, dans ce R final, qui attend quelque chose.

Monde.

Analyse des lettres :

  • M : un son confortable, apaisant.
  • ON : un son long et vague.
  • DE : un son neutre, simple.

Conclusions sur le sens du mot :

  • M : le monde peut représenter un cocon pour quelqu’un, peut donc être spécifique à une personne.
  • ON : le monde est aussi vaste, intense et mystérieux, il est un peu flou, imprévisible, compliqué et divers, le son ON n’exclut aucune possibilité.
  • DE : un mot vague, qui ne veut pas forcément dire grand-chose (cf. Expression « dans le monde »…).

Vie.

Analyse des lettres :

  • V : un son dur, fruste, un peu laid.

  • IE : un son joyeux, musical et plein de promesses.

Conclusions sur le sens du mot :

  • V : la vie est injuste, on ne choisit pas comment on la commence, on naît soit nu soit avec une cuillère en or dans la bouche.

  • IE : même si l’existence commence dénudée, elle est pleine de surprises, d’imprévus.

  • N’est composé que d’une syllabe : la vie est courte.

Je ne sais pas si je vous ai convaincus, ennuyés, barbés, si vous partagez ma théorie, si l’un d’entre vous est expert en linguistique et voudrait casser mon délire, mais je suis assez contente d’avoir fait ce petit exercice. Peut-être suis-je faite pour faire de la linguistique, ou pas.

Claire Mangiante

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s