Nanörecords, le nouveau label de la scène musicale grenobloise

Après cette fête de la musique, je vous propose de découvrir un label de musique 100% grenoblois. Le tout jeune label Nanörecords commence à prendre ses marques sur la scène musicale locale. La productrice et tête pensante du projet, Sö a accepté de nous rencontrer pour présenter ce nouveau phénomène hip-hop.

Sö tire son expérience des associations dans lesquelles elle fut bénévole. Elle est aussi beatmaker depuis 10ans. Sö a pensé à monter son label 5-6 ans avant de se lancer réellement en 2012. Depuis 3 ans, elle s’est concentrée sur ce qu’elle appelle « le travail invisible » : création de réseau, recherches de partenariats, notamment avec le PMI, les salles de spectacles comme l’Ampérage ou le Prunier sauvage, ainsi qu’avec quelques partenaires non musicaux.

Ces trois premières années de construction ont été selon elle, celles où l’on travailles le plus en gagnant le moins. Malgré son expérience dans l’organisation, acquise avec ses engagements associatifs, Sö souligne que dans ce genre de projet, l’apprentissage du métier se fait sur le tas, et les difficultés pour assurer et crédibiliser Nanörecords, ont été nombreuses.

Ce label a tout juste 3 ans. L’envie de produire est venue naturellement , avec l’enregistrement de « Requiem pour une vie » , le premier album entièrement produit par Sö et son équipe, composé d’une vingtaine de participants, essentiellement de rappeurs grenoblois. Il n’y avait pas d’équipe de base, les gens se sont motivés et ont adhéré petit à petit, de façon presque informelle. La dynamique s’est installée naturellement permettant ainsi la production de plusieurs albums et le renforcement de tout le projet.

Pour « Requiem pour une vie » sorti en novembre 2012, Sö a fait appel à des beatmakers en électro pour varier les styles et obtenir un mélange musical nouveau . L’un d’entre eux s’est même engagé dans le projet : Kâthay.

Les artistes de Nanörecords se définissent comme les « extra-terrestres » du hip-hop de Grenoble. En cela, Sö revendique l’absence d’étiquette musicale, et même si la production est pour l’instant centrée sur le rap, l’ouverture à de nouveaux styles et de nouveaux artistes n’est pas exclue. Nanörecords produit pour l’instant, deux artistes : Le groupe 999 ainsi que le précédemment cité Kâthay.

Un label en progrès

Nanörecords dispose de homestudios pour l’enregistrement, mais ne dispose pas encore de structure propre. Ce label peut tout de même prendre en charge la quasi-totalité de la production d’un album : design et impression des jaquettes d’albums et autres supports de communication avec l’infographiste et le dessinateur, tournage de clips vidéos avec un caméraman professionnel,etc. L’artiste bénéficie d’une totale autonomie concernant la conception et la production du produit. Il s’agit, pour Sö, de pourvoir à tous les besoins de l’artiste : l, mixage, mastering, enregistrement, sans qu’il ait recours à des sous-traitants.

kathaylogo-150x150

L’équipe artistique du label a obtenu une résidence en mai dernier, pour pouvoir travailler la scène, après un travail concentré sur l’écriture et l’enregistrement des sons.

Il y a un réel travail sur le visuel notamment sur le site du label, qui se veut ludique, facile et accessible à tous. L’Onglet Nanötv en travaux actuellement, est destiné à soutenir certaines causes, mettre en place un milieu d’informations libres et de débat. Il regroupera les interviews, les clips-vidéos produits, et assurera une certaine communication concernant ce et ceux qui bougent dans la presse locale. Des idées pleins la tête, Sö projette de se lancer dans le Sound Design ( ou l’art de coordonner images et sons dans tous types de vidéos, films, ..etc), et c’est sur cet onglet que l’on pourra retrouver la totalité de ses productions.999logo-150x150

Nanörecords est un label qui se veut humain, avec des prix honnêtes, qui soutient la diversité et la multiculturalité musicale. Ce label en pleine expansion, veut élargir ses partenariats, invitant ceux qui sont dans une même dynamique à créer un réseau « accessible pour les gens ». La non-politisation est aussi importante, mais il y a chez Nanörecords la volonté de défendre le message positif, de sortir de cette période « d’eaux troubles ». Il faut mettre un coup de pied dans les choses et permettre aux gens de concrétiser leurs envies, inciter à l’initiative. On a les compétences, les techniques, juste un manque de moyens, que l’on peut obtenir notamment en se fédérant. Il faut passer au-delà de cet individualisme permanent. Tel est le message porté par ce label.

Initialement, Sö ne pensait pas « faire de la musique pour le message », la production l’intéressait davantage car elle permet de créer le changement. Produire des artistes sur scène n’était pas tellement son objectif initial. « On se laisse beaucoup d’ouverture, tout en sachant on l’on va dans l’immédiat. »

L’année à venir sera consacrée à la scène. Aucune sortie d’album n’est prévue cette année, seulement quelques solos comme celui du rappeur Nefa à venir. Les artistes et toute l’équipe de Nanörecords participeront à la Petite Scène de Rocktambule OFF ainsi qu’à la Journée du hip-hop qui aura lieu en octobre prochain.

Les projets ambitieux tel que celui-ci sont à soutenir dans notre ville, ainsi que ceux qui auront l’audace de les porter sur leurs épaules. Vous pouvez donc retrouver Nanörecords sur Facebook, Twitter, Youtube, Dailymotion, ainsi que sur le site Bandcamp.
Pour écouter les sons : site de Nanörecords (http://nano-records.fr/) – onglet production avec lien téléchargement et player.
A savoir : L’artiste Kâthay vient tout juste de sortir Brouillard Sucré, sur le site, à écouter…

photo

Nina Youssoufou

Publicités