Ici, ici, c’est Grenoble

Nous, les Erasmus (pardonnez-moi de parler en leur nom commun pour l’instant), avons maintenant passé plus de deux mois à Grenoble, reçu plus de 100 mails de l’office international et sommes déjà montés à la Bastille plus de dix fois.

« Soyez là au minimum le 1er Septembre, une semaine d’intégration sera organisée pour les étudiants en échange ». Ce mail de l’office international nous fut envoyé à nous étrangers avant notre arrivée en France. Rétrospectivement, ce n’est pas une surprise que cette semaine d’intégration n’ait pas eu lieu du tout. Bienvenue en France, bienvenue dans la bureaucratie française. Ce n’est pas seulement un cliché, mais plutôt une vérité à laquelle il faut s’habituer.

Étant arrivé alors deux semaines en avance, il y avait assez de temps pour régler les choses administratives. Mais que ce soit à la CAF ou à la TAG, enchaîner les files d’attentes est à l’ordre du jour. Il faut se munir de patience, mais il faut aussi accepter que ce soit une culture entière que les Français trouvent normale. Pour moi, en tant qu’Allemand, ça demande un petit changement d’attitude de devenir plus relaxé dans la vie quotidienne. Ce n’est pas si mal !

L’arrivée avant le début des cours était aussi une énorme opportunité pour faire connaissance avec la région grenobloise. En effet, il faisait beau à Grenoble, une météo vraiment estivale qui nous invitait à explorer les montagnes ! Je crois que tous ceux qui arrivent dans la ville en cuvette ressentent les mêmes sensations en regardant les montagnes. Ceux parmi nous qui ont rejoint le module « multi-activités en plein air » ont eu la possibilité de découvrir la montagne d’une façon encore plus extraordinaire (le VTT, l’accrobranche ou le canyoning, c’était extraordinaire!).10743585_957495570930673_1421301296_n

Mais Grenoble – cela va sans dire – c’est aussi les soirées étudiantes. Pour les Erasmus, si on habite en résidence, c’est souvent là où on gagnait les premiers amis. En centre-ville, c’est d’abord le London Pub, avant de découvrir que l’on trouve des bars moins chers sur le boulevard Gambetta et ses environs. Pour ceux qui se sentent plus attirés par le sport, Grenoble a ses offres aussi. J’ai déjà regardé trois matchs de rugby au Stade des Alpes, et malgré l’incompréhension des règles, ça reste un vrai événement d’entendre les chants des tribunes comme « ici, ici, c’est Grenoble ».

Un phénomène, c’est surtout la langue. Et un plus grand phénomène encore , c’est de parler en Français avec d’autres étrangers. « Salut, je m’appelle Sebastian – Oh, sorry, I don’t speak French ». Car même si les Français seront déçus de l’entendre, la lingua franca parmi les étrangers, c’est l’Anglais. Ce n’est pas plus mal : histoire d’intégrer tout le monde, même ceux dont le niveau en français est moins élevé. Quand-même, apprendre le Français, c’est possible. Moi je profite de ma colocation avec trois Français, mais je profite aussi bien d’avoir rejoint l’équipe de foot de l’IEP. C’est une ambiance très sympathique, est là on est en minorité parmi ceux qui savent parler en anglais (force est de parler Français).

Après quelques pintes au bar ou quelques buts au terrain de foot, reste de constater que Grenoble est un choix formidable pour les étudiants étrangers. Contrairement aux grandes cités comme Paris ou Marseille, on découvre quand-même la société française avec son multiculturalisme visible et des gens assez agréables. Maintenant, tout proche de l’hiver, la première neige a déjà ensorcelé la ville. Cela fait une ambiance favorable à tous ceux qui s’attendent déjà à faire connaissance de la montagne iséroise en plein hiver.

Sebastian Franzkowiak

Publicités

Auteur : sebastianfranzkowiak

Etant étudiant des Etudes Européennes à Maastricht, je suis en train de passer mon semestre Erasmus à l'IEP de Grenoble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s