A quels médias se vouer ?

Personne ne peut contester le fait que la technologie nous affranchit d’un nombre important de contraintes concernant la circulation de l’information, mais que paradoxalement le contrôle sur la Presse, organe de diffusion de cette information, n’a jamais été aussi présent et perceptible. L’affaire  »Dasquié » en 2007, en est un exemple tellement parlant qu’il devrait être utilisé comme cas d’école pour illustrer ce contrôle des services de presse par les services du renseignement (DGSE) et par extension, par le gouvernement Français.

Les médias sont-ils indépendants ?

On voit que Lagardère possède partiellement ou complètement Hachette Médias, Le Monde (avec la BNP), les radios Europe 1 et Virgin Radio, et certains magazines comme Paris-Match ou Le journal du dimanche.

Le Groupe Dassault possède Socpresse donc Le Figaro et possédait L’Express jusqu’en 2006, tout en évoluant dans le secteur de la défense et de la vente d’armes et/ou de recherche dans ce domaine. Pour plus d’informations, le film  »Lord of War » avec Nicolas Cage, qui tient plus du documentaire que d’une fiction, est très explicite.

De la même façon, Edouard de Rothschild, par l’intermédiaire de son holding financier Jean Goujon, s’est acheté Libération en 2006 et remercie du même coup Serge July (directeur historique) et Louis Dreyfus (directeur général).

On pourrait continuer ainsi la liste avec les groupes Bouygues, LVMH…. et encore quelques autres, renforçant l’idée que l’indépendance des médias est fortement compromise. D’autant plus qu’une grande partie d’entre eux sont la propriété de personnalités étroitement liées à des hommes politiques et aux intérêts de ceux-ci… MM. Dassault et Lagardère ne cachant pas leurs liens avec Nicolas Sarkozy par exemple.

Mais l’on pourrait aller encore plus loin, et dénoncer par exemple le mauvais traitement par les médias d’événements mettant en danger la sécurité nationale, c’est-à-dire le peuple français, donc vous et moi… C’était par exemple le cas avec l’incident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, où selon les journalistes et les experts de l’époque, le nuage radioactif se serait arrêté a la frontière. Mais on pourrait aussi parler du scandale de la  »vache folle » et du sang contaminé, sans oublier le silence des médias concernant les affaires de pédophilie. Ce n’est évidemment pas aux journalistes de rendre justice, mais cela ne devrait pas les empêcher de mener un réel travail d’investigation et de faire ainsi éclater la vérité aux yeux de tous les citoyens. Ce qui devrait être le cas si nous étions réellement dans un système démocratique, dans lequel les journalistes, au lieu d’être entravés, seraient encouragés par tous à faire leur travail dans l’indépendance la plus totale et avec un souci d’éthique qui est censé caractériser leur profession.

Pour finir, je dirais que selon moi, seul une ou un journaliste propriétaire de son journal, de ses écrits, de sa publication, peut prétendre a une totale indépendance. Libre ensuite à chacun de se faire sa propre opinion en croisant ses sources, car aucune information d’où qu’elle vienne ne peut être accueillie comme vérité absolue sans avoir été auparavant critiquée. Et même après l’avoir été, elle reste une vision partielle de la vérité, c’est-à-dire une simple perception de celle-ci et en aucun cas la vérité elle-même.

Manu

Publicités

Auteur : lecheveusurlalangue

Journal de SciencesPo Grenoble (Isère, 38) et de ses étudiant.e.s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s